nadoulek.net : mondialisation, civilisations, stratégie

Accueil > STRATEGIE > Bibliothèque d’articles > Chroniques de la stratégie > L’art martial du ressourcement : 1. Les principes.

L’art martial du ressourcement : 1. Les principes.

mardi 25 mars 2008, par Bernard NADOULEK

« On ne sait pas ce que peut un corps, ou ce qui peut être déduit de la seule considération de sa nature propre, et l’on constate par expérience que, des seules lois de cette nature, proviennent un très grand nombre de choses qu’on aurait jamais cru pouvoir arriver sans direction de l’esprit… »

SPINOZA

Sommaire

I – LES PRINCIPES

II – LA POSTURE

III – LA RESPIRATION

IV – LA CONCENTRATION

V – SEANCE COMPLETE DE PREPARATION


I - LES PRINCIPES

A qui s’adresse un art martial du ressourcement ? Quels sont ses objectifs ? Quels bénéfices pouvons-nous en attendre pour notre développement personnel ? A travers quelles techniques ? Quel type d’enseignement ?

1. L’art martial du ressourcement vise :

- les adultes principalement mobilisés par la vie professionnelle,
- les sportifs désireux d’optimiser leur énergie en évitant les efforts inutiles,
- les seniors soucieux de maintenir une mobilité optimale et un bon état de santé global.

2. Les objectifs :

- disposer d’exercices courts praticables en n’importe quelles circonstances,
- disposer d’exercices praticables partout, à tout moment : à la maison, au travail, en voiture, en promenade, en vacances,
- disposer d’exercices praticables en toutes positions : debout, en marchant, assis au bureau ou en voiture et même allongé pendant une sieste ou avant de dormir.

3. Les bénéfices à en attendre en terme de développement personnel :

- immédiats : mobilisation de l’énergie, lutte contre le stress et retour au calme,
- à moyen terme : développement de la motricité et de l’énergie interne,
- à long terme : maintien d’une mobilité optimale et d’un bon état de santé global.

4. Les fondements techniques des exercices :

- le maintien d’une posture rigoureuse, pour mieux se mouvoir et libérer son énergie,
- la pratique de la respiration complète, pour mieux réguler son énergie, combattre le stress et maintenir un bon état de santé global,
- le développement de la concentration, pour mieux affronter les situations difficiles.

5. Quel type d’enseignement ?

Cet enseignement vise à favoriser l’autonomie des pratiquants. Cette autonomie est assurée par des textes qui décrivent les caractéristiques de la posture, de la respiration complète, de la concentration, ainsi qu’une série d’exercices fondamentaux permettant de les maîtriser et de les coordonner.

Ainsi, contrairement à la plupart des disciplines qui sont fondées sur un entraînement collectif et régulier difficile à concilier avec une vie professionnelle bien remplie, l’essentiel de l’entraînement proposé peut se faire d’une manière autonome.

6. Difficultés ou inconvénients ?

Les exercices sont-ils difficiles ? La compréhension du texte ci-dessous est facile mais la pratique l’est moins. Comme pour de nombreuses techniques physiques, intellectuelles ou artistiques, qui permettent d’améliorer son degré de maîtrise physique, le problème réside moins dans les techniques que dans la qualité de la motivation et de l’engagement.

Mais, même si une pratique régulière amène à la maîtrise, la simple compréhension des exercices et un minimum de rigueur dans des entraînements courts permettent de progresser de manière significative.

L’entraînement comporte-t-il des inconvénients sur le plan physique ? Non, il est progressif et ne comporte aucun danger spécifique, ni aucune contre-indication médicale. Les techniques et les exercices proposés ne sont pas fondés sur les performances physiques de la jeunesse, mais sur les compétences de la maturité.

7. Pourquoi concevoir le ressourcement comme un art martial ?

Pourquoi utiliser l’adjectif « martial » pour caractériser une démarche de ressourcement plus généralement conçue comme une pratique de détente ? Au moins pour trois raisons.

La première est que l’adjectif martial désigne l’état d’esprit global, ou holistique, avec lequel nous devons pratiquer. La démarche est contraire à celle d’une séance de gymnastique qui morcelle le corps et ignore l’esprit, ou encore à celle d’une séance de sophrologie où la décontraction du corps passe principalement par la suggestion mentale.

La deuxième raison est que la posture et la respiration sont reliées par la concentration et que cette dernière n’est jamais aussi affûtée que dans une pratique martiale où les erreurs se paient immédiatement et parfois chèrement.

Enfin, la troisième raison est que l’objectif martial du ressourcement n’est pas seulement d’acquérir des techniques mais d’intégrer ces techniques à la vie quotidienne : il s’agit tout simplement d’améliorer sa capacité à passer à l’acte. D’où le caractère martial de cette discipline.

Répondre à cet article


version iPhone | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP | Nous contacter | S'abonner