nadoulek.net : mondialisation, civilisations, stratégie

Accueil > NADOULEK > Billets > L’épée de Damoclès

L’épée de Damoclès

Billet d’humeur

mardi 23 novembre 2010, par Bernard NADOULEK

A Séoul, il s’agissait de mettre en place « les filets de protection financière mondiale pour faire face à la fluctuation imprévue des fonds ». L’objectif était-il réaliste ? Pour répondre, il faudrait connaître le montant de la bulle spéculative (c’est-à-dire l’ampleur du danger financier à affronter) et les montants possibles à mobiliser pour y faire face. Le G20 ne s’est même pas posé la question.


En fin 2008, le montant de l’ensemble des plans de relance mis en oeuvre à l’échelle mondiale pour faire face à la crise était d’environ 3 mille milliards de dollars, dont un tiers pour les Etats-Unis. A l’époque, il y avait trois chiffres sur le montant de la bulle financière (BM, FMI, BRI) et l’estimation médiane était de 516 mille milliards de dollars ! Soit 172 fois plus que les trois mille milliards prévus pour faire face à la déferlante. Une plaisanterie.

Deux ans après, en 2010, les experts de la Banque Mondiale et du FMI reconnaissent que cette bulle pesait en réalité 2 millions de milliards de dollars, soit 4 fois plus que ce qu’ils avouaient en 2008. Or, depuis 2008, la finance mondiale a accéléré son rythme de spéculation. Quel est le montant de la bulle aujourd’hui ? 3 ou 4 millions de milliards de dollars ? Quelle est la proportion d’actions et d’obligations pourries dans cette bulle ? Quelles sont les échéances ? Qui va payer ? Pendant combien de temps ? Et que va-t-il advenir en cas de nouvelle crise ? L’épée de Damoclès est bien là.

Pour l’instant, nous avons réussi à naviguer entre les dérives spéculatives des banques, la crise obligataire des Etats, la guerre des monnaies, etc. La régulation de telles crises passe par les institutions internationales, les marchés ayant démontré leur impuissance à chaque retournement de conjoncture. Mais les institutions internationales sont-elles capables de gérer le problème ? Je ne le pense pas : suite du feuilleton la semaine prochaine.

Répondre à cet article


version iPhone | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP | Nous contacter | S'abonner