nadoulek.net : mondialisation, civilisations, stratégie

Accueil > NADOULEK > Billets > La paralysie

La paralysie

Billet d’humeur

dimanche 14 novembre 2010, par Bernard NADOULEK

Comme prévu, le G20 n’a rien fait. La première raison de sa paralysie tient aux différences d’objectifs et de stratégies des principaux pays membres. Les oligarques sont élus pour régler leurs problèmes nationaux, pas pour résoudre les problèmes planétaires dont ils débattent en façade.


Aux Etats-Unis Obama, battu à mi-mandat, est sur la défensive. L’espoir qu’il représentait pour le monde est en berne et son bilan n’est pas brillant. Son objectif pour Séoul : pousser les Chinois à réévaluer le yuan. C’est raté. Pour le reste, les Américains déprimés font chauffer la planche à billets, 600 milliards de $, sans se soucier de leur dette puisque le monde entier paiera. Leur monnaie, notre problème, jusqu’à quand ?

La Chine poursuit sa conquête du marché mondial : dumping social, politiques dirigistes, collaboration avec des Etats voyous pour assurer son autonomie énergétique, barrage à toute libéralisation politique, etc. L’objectif de la Chine au G20 ? Sous couvert de promouvoir le développement mondial, s’assurer qu’aucune décision nuisible à sa croissance ne puisse être prise. Objectif atteint. Je ris jaune.

L’Europe divisée subit les funestes effets du transfert de la dette privée des banques sur la dette publique des Etats ! Les Etats s’endettent auprès des marchés financiers qui influent ainsi sur leurs politiques économiques. Comment instaurer une politique de régulation avec un tel bilan ? Et Sarkozy qui est censé contenir la guerre des monnaies entre les Etats-Unis et la Chine en 2011. Je pouffe.

Et le Brésil, la Russie, l’Inde ? Et les 1100 milliards du FMI, pourquoi faire ? Je ricane. Je vous explique pourquoi la semaine prochaine.

Répondre à cet article


version iPhone | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP | Nous contacter | S'abonner