nadoulek.net : mondialisation, civilisations, stratégie

Accueil > NADOULEK > Billets > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy

Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy

président temporaire de l’Europe, et à ses successeurs.

lundi 8 septembre 2008, par Bernard NADOULEK

« Monsieur le Président, je vous fais une lettre... que vous lirez peut-être. »

Nous sommes dans un goulot d’étranglement, dans une situation de stagflation : faible croissance des pays développés, ralentissement des pays émergents, forte inflation mondiale. Nous sommes au cœur d’une crise systémique mondiale, globale et durable : l’énergie et les matières premières continueront à se raréfier et leur prix à flamber, tout comme celui des céréales et des produits alimentaires de première nécessité, l’inflation continuera à accroître la pauvreté, et la spéculation, bulle après bulle, à aggraver le tout. Sans oublier la crise de l’eau potable, du CO2, du réchauffement climatique... Et la Géorgie, le Darfour, l’Afghanistan, l’Irak, le terrorisme, la prolifération nucléaire…


Le ressort fondamental de toute solution concrète est une coopération internationale accrue. Hélas, cette coopération internationale est actuellement en berne sur pratiquement tous les dossiers majeurs : impuissance du conseil de sécurité de l’ONU face aux conflits militaires en cours, impuissance de l’OMC à régler les contentieux entre pays développés et pays émergents, insignifiance des négociations sur l’après Kyoto…

Pour relancer la coopération internationale, il faut un acteur géopolitique majeur. Les Etats-Unis seront peut-être capables d’entrevoir ce rôle après leur prochaine élection, mais ils ont un lourd handicap à remonter face à un antiaméricanisme primaire mondial. La Chine et l’Inde mettront encore quelques décennies à assumer leur rôle de puissance internationale. La Russie ne se distingue actuellement que par son pouvoir de nuisance. A court et moyen terme, un seul acteur global est crédible pour relancer une dynamique de coopération internationale : c’est l’Europe. Mais l’Europe ne peut jouer un véritable rôle international qu’à une condition : qu’elle prenne conscience de sa situation de première puissance mondiale et que son président, c’est-à-dire vous-même, puis et vos successeurs, soyez assurés de cette puissance. Vous trouverez ci-joint un petit article qui explique pourquoi l’Europe est la première puissance mondiale et pourquoi elle ne le sait pas encore.

Paradoxalement, c’est parce que l’Europe ne connaît pas sa puissance, que cette puissance ne repose pas sur la force militaire, que personne n’a peur de l’Europe dans le monde, qu’elle est une puissance démocratique et pacifique, qu’elle est naturellement portée à la négociation : c’est pour toutes ces raisons que l’Europe peut jouer un rôle majeur dans un monde où nous devrons coopérer pour sortir du goulot d’étranglement dans lequel nous sommes entrés.

Monsieur Sarkozy, serez-vous capable d’ouvrir la voie et de négocier en position de Président de la première puissance mondiale dans les crises en cours et à venir ? Vos successeurs européens seront-ils conscients de leurs responsabilités et pourront-ils poursuivre cette tâche ? Cela changerait, réellement, la face du monde.

Répondre à cet article


version iPhone | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP | Nous contacter | S'abonner